Exposition « L’Art et la matière »

Exposition « L’Art et la matière », marqueterie papier d’Elizabeth LOESCH et céramique de Christine WAXWEILLER, du 7 juillet au 25 août 2017.

Le Service culturel présente une exposition de deux femmes artistes – artisans dans l’âme. Marqueterie papier pour l’une, céramique pour l’autre, Elisabeth LOESCH et Christine WAXWEILER mêlent l’art et la matière avec beaucoup de sensualité et d’allégresse.

La première, Elisabeth LOESCH, crée des tableaux et des panneaux décoratifs en pièces uniques, certains abstraits, d’autres plus figuratifs. Travaillant le mouvement et la matière, ses « papiers folies » révèlent une prouesse technique et artistique des plus agréable à admirer.

Pour Elisabeth LOESCH, revisiter le papier n’est pas un évènement coutumier. C’est entretenir une incertitude visuelle entre la matière et l’image.

Le papier n’est plus lui-même, l’artiste suivant sa technique propre, aussi pointue soit-elle, doit laisser naviguer son intuitivité et sa ligne de liberté créatrice.

La seconde, Christine WAXWEILER excelle dans l’art de la céramique, en particulier les bols à thé, si réputés au Japon. Artiste à la fois peintre et céramiste, Christine WAXWEILER présente à l’Hôtel de Ville de Baccarat des œuvres sculpturales ou objets décoratifs, des pièces uniques en grès ou en porcelaine.

La nature est au cœur de son travail. Entièrement réalisées à la main, ses pièces racontent une histoire avec différents symboles. Chaque visiteur trouve une variante par ici, imagine sa propre lecture là…

Exploitant son vécu, quel qu’il soit, Christine finalise ses créations au travers de ses propres pensées, recherchant le contraste, travaille la matière avec délicatesse.

Entrée libre et accessible aux personnes à mobilité réduite.

Horaire d’ouverture:
Lundi : 8h à 12h et de 13h30 à 17h30
Mardi : de 8h à 12h et de 13h30 à 17h30
Mercredi :de 8h à 12h et de 13h30 à 17h30
Jeudi : de 8h à 12h et de 14h à 17h30
Vendredi : de 8h à 12h et de 13h30 à 16h30

 

Arrêté préfectoral – sécheresse – Situation alerte

Philippe MAHÉ, préfet de Meurthe-et-Moselle, a pris trois arrêtés modifiant les restrictions d’eau dans le département pour répondre à la situation de sécheresse.

A la suite de la faible pluviométrie et du niveau très bas des nappes phréatiques du département, le préfet de Meurthe-et-Moselle, Philippe MAHÉ, avait pris le 6 juillet 2017 dernier trois arrêtés plaçant les trois bassins versants que compte le département en situation d’alerte renforcée.

Pour rappel, il existe trois niveaux de restrictions liées à la sécheresse : la situation d’alerte, la situation d’alerte renforcée et la situation de crise.

En raison d’une légère amélioration constatée en matière de ressource en eau pour les bassins « Moselle amont et Meurthe » et « Meuse aval et Chiers », Philippe MAHÉ, préfet de Meurthe-et-Moselle, a pris ce jour deux arrêtés préfectoraux ramenant ces deux bassins en situation d’alerte.

En revanche, la situation du bassin « Moselle aval Orne Nied et Seille » ne s’est pas améliorée. Ce bassin est maintenu en situation d’alerte renforcée par arrêté préfectoral pris ce jour également, en accord avec la préfecture de Moselle.

Par conséquent, les principales mesures de restrictions s’appliquant aux particuliers et collectivités faisant partie des bassins « Moselle amont et Meurthe » et « Meuse aval et Chiers », placés en situation d’alerte, sont les suivantes :

– l’arrosage des jardins, des pelouses, des massifs floraux, des potagers, des espaces verts et des espaces sportifs est interdit de 11h à 18h

– le lavage des véhicules à domicile est interdit ;

– le remplissage des piscines privées est interdit ;

– le lavage des voies publiques, des façades, des terrasses et des immeubles est limité au strict nécessaire

Pour prendre connaissance de l’arrêté préfectoral, cliquez ici .

Campagne de sensibilisation « Gare à la rage »

La rage tue encore une personne toutes les dix minutes dans le monde. C’est pour cette raison que le Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt lance une campagne de sensibilisation pour rappeler aux voyageurs qu’ils ne doivent pas rapporter d’animaux des pays affectés par la rage. Le ministère y rappelle également les démarches à effectuer impérativement avant de voyager à l’étranger avec son animal.

Depuis 2001, 11 cas de rage ont été importés en France, alors que la maladie est absente du territoire national, ce qui n’est pas le cas de très nombreux autres pays. Ces cas étaient tous liés à des animaux contaminés à l’étranger. Le cas s’est présenté tout récemment avec un chien ramené d’Afrique du nord. Pourtant, des moyens existent pour prévenir l’introduction de la maladie en France.

Lors d’un séjour à l’étranger, il est fortement recommandé de ne pas toucher d’animal errant et de ne pas ramener d’animal d’un pays à risque. Un animal ramené illégalement peut être infecté et peut contaminer.
Pour voyager avec un animal de compagnie, des démarches préalables sont nécessaires :

  • il convient de prendre contact avec le vétérinaire 4 mois avant le départ,
  • l’animal doit être identifié par son passeport,
  • les vaccins de l’animal doivent être à jour,
  • une prise de sang est nécessaire pour les pays à risque.

Au retour en France, il faut impérativement présenter son animal de compagnie aux autorités douanières. Le non-respect des obligations réglementaires est passible de sanctions pénales (article L237-3 du Code rural et de la pêche maritime).

Les vétérinaires sont en première ligne pour détecter des cas de rage et accompagner les propriétaires d’animaux en matière de prévention. Lorsque celle-ci fait défaut, les conséquences sanitaires peuvent être très graves.