Arrêté préfectoral – sécheresse

Le préfet de Meurthe-et-Moselle a placé le département en alerte de niveau 1 ce qui entraîne des restrictions sur l’usage de l’eau.

L’absence de précipitations notables ces dernières semaines et les températures élevées ont entraîné les services de l’État a procéder cette semaine à des analyses exceptionnelles sur toutes les stations installées sur les cours d’eau.

En raison d’une aggravation constatée du niveau des cours d’eau, Philippe MAHÉ, préfet de Meurthe-et- Moselle, a placé en alerte le département par arrêtés préfectoraux. Sur trois niveaux de restrictions liées à la sécheresse, nous venons de passer au niveau 1. Cette décision implique des restrictions particulières sur les usages de l’eau, que ce soit pour les particuliers, les collectivités, les exploitants agricoles, les industriels, etc.

Ainsi les particuliers et les collectivités sont soumis, à compter de vendredi 23 juin 2017 aux mesures suivantes:

– l’arrosage des jardins, des pelouses, des massifs floraux, des potagers, des espaces verts et des espaces sportifs est interdit de 11h à 18h;

– le lavage des véhicules est interdit (sauf dans les stations professionnelles);

– le remplissage des piscines privées est interdit;

– le lavage des voies publiques, des façades, des terrasses et des immeubles est limité au strict nécessaire.

Selon la préfecture, les maires sont chargés de veiller au respect de ces règles.
Les contrevenants aux dispositions de l’arrêté préfectoral s’exposent à une peine d’amende allant jusqu’à 1 500€ voire 3 000€ en cas de récidive, mais la préfecture compte sur le civisme de nos concitoyens pour respecter ces mesures.

Pour prendre connaissance de l’arrêté préfectoral, cliquez ici .

Informations sur la mise en œuvre des mesures d’urgence suite au pic de pollution atmosphérique

En raison d’un pic de pollution de l’air ambiant dans le département et afin d’en prévenir les effets sur la santé, Philippe MAHE, Préfet de la Meurthe-et-Moselle, a pris un arrêté préfectoral, imposant différentes mesures à compter du jeudi 22 juin 2017 et s’appliquant sur la totalité du département de la Meurthe-et-Moselle

ÉPISODE DE POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE A L’OZONE

En raison d’un pic de pollution de l’air ambiant dans le département et afin d’en prévenir les effets sur la santé, Philippe MAHE, Préfet de la Meurthe-et-Moselle, a pris un arrêté préfectoral, imposant différentes mesures à compter du jeudi 22 juin 2017 et s’appliquant sur la totalité du département de la Meurthe-et-Moselle :
– la vitesse maximale autorisée sur les axes autoroutiers et chaussées à voies séparées est réduite de 20km/h sans descendre en dessous de 70km/h pour toutes les catégories d’usagers dans les deux sens de circulation,
– la vitesse maximale autorisée sur le réseau routier national et secondaire de la Meurthe-et-Moselle,
hors agglomération, normalement limitée à 90 km/h, est abaissée de 20 km/h pour toutes les catégories d’usagers.

Néanmoins, les catégories de véhicules suivantes ne sont pas soumises à la réduction de vitesse du présent arrêté :
– les véhicules des forces de l’ordre et de sécurité civile ;
– les véhicules des services d’incendie et de secours ;
– les véhicules d’urgence médicale (SMUR-ATSU).
Ces mesures seront levées dès la fin de la procédure d’alerte.

Consultez l’arrêté préfectoral :

Campagne de sensibilisation « Gare à la rage »

La rage tue encore une personne toutes les dix minutes dans le monde. C’est pour cette raison que le Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt lance une campagne de sensibilisation pour rappeler aux voyageurs qu’ils ne doivent pas rapporter d’animaux des pays affectés par la rage. Le ministère y rappelle également les démarches à effectuer impérativement avant de voyager à l’étranger avec son animal.

Depuis 2001, 11 cas de rage ont été importés en France, alors que la maladie est absente du territoire national, ce qui n’est pas le cas de très nombreux autres pays. Ces cas étaient tous liés à des animaux contaminés à l’étranger. Le cas s’est présenté tout récemment avec un chien ramené d’Afrique du nord. Pourtant, des moyens existent pour prévenir l’introduction de la maladie en France.

Lors d’un séjour à l’étranger, il est fortement recommandé de ne pas toucher d’animal errant et de ne pas ramener d’animal d’un pays à risque. Un animal ramené illégalement peut être infecté et peut contaminer.
Pour voyager avec un animal de compagnie, des démarches préalables sont nécessaires :

  • il convient de prendre contact avec le vétérinaire 4 mois avant le départ,
  • l’animal doit être identifié par son passeport,
  • les vaccins de l’animal doivent être à jour,
  • une prise de sang est nécessaire pour les pays à risque.

Au retour en France, il faut impérativement présenter son animal de compagnie aux autorités douanières. Le non-respect des obligations réglementaires est passible de sanctions pénales (article L237-3 du Code rural et de la pêche maritime).

Les vétérinaires sont en première ligne pour détecter des cas de rage et accompagner les propriétaires d’animaux en matière de prévention. Lorsque celle-ci fait défaut, les conséquences sanitaires peuvent être très graves.

Offre service civique

La MJC de Baccarat propose un contrat en service civique.
Pour découvrir l’offre « Développement et promotion de projets sur la diversité culturelle », cliquez ici.