« Viombois, 4 novembre 1944, du mythe à l’historie »

D’après le témoignage du mythique chef de la 1ère centurie René RICATTE alias lieutenant Jean-Serge, les maquisards, mal armés, confrontés à 2 000 Allemands bien aguerris, dont de redoutables SS, B luttèrent à 1 contre 10, ils eurent 57 tués. Les Allemands battirent en retraite laissant plus de 130 morts sur le terrain C. Une trahison et des informateurs de l’ennemi seraient les causes de la catastrophe. Cette date funeste sonne la fin du projet grandiose de la Résistance Alsacienne, la mobilisation côté vosgien de près de 1 000 hommes attendant en vain un grand parachutage avant d’aller occuper les cols vosgiens et de libérer les camps nazis de Schirmeck et du Struthof.
Viombois, un tournant décisif pour les FFI ?
La consultation des archives – enfin ouvertes – apporte un regard très différent sur le fonctionnement de la Résistance et sur l’écriture d’un événement qui privilégiait jusqu’à présent la Mémoire à la rigueur historique.

JEUDI 9 NOVEMBRE 2017, à l’Hôtel de ville, à 20h.

 

 

Jean-Michel ADENOT est petit fils de déporté-résistant de Moussey. Il a entrepris une enquête au long cours sur la résistance dans le massif vosgien, la répression allemande et les déportations massives de 1944, mais travaille aussi sur les derniers combats du Donon en juin 1940. Membre de HSCO (Histoire Scientifique et Critique de l’Occupation), il est l’auteur de plusieurs articles et conférences historiques et appuie la démarche de l’association Mémoire Musée de Moussey, qui œuvre pour l’ouverture d’un centre d’étude et de mémoire consacré à la vallée du Rabodeau.

 

Posted in Conférences.