EXPOSITION « La faïence en Lorraine au 18e siècle : influences et migrations »

PROLONGATION JUSQU’AU 24 AOÛT 2018

Au début du XVIIIe siècle, il n’existe pas de centre faïencier significatif en Lorraine et pourtant quelques décennies plus tard, les établissements s’y comptent par dizaines. Les archives nous apprennent que ce sont des techniciens extérieurs à la région qui apportent le savoir-faire et les secrets de fabrications.

Ainsi Jean-Jacques Chambrette, faïencier venu de Dijon pour assurer la direction de la faïencerie de Champigneulles en 1711, est entouré d’un petit groupe de faïenciers venus de Saint-Cloud et du sud de la France. Par la suite, ce petit groupe va essaimer et le savoir-faire va largement se diffuser. Jean-Jacques Chambrette œuvre au développement des faïenceries de Pexonne et de Badonviller et assiste son fils Jacques pour fonder la faïencerie de Lunéville en 1730.
Jacques, qui fait fortune avec sa production de « faïence terre de pipe », son invention mise au point vers 1748, créera un peu plus tard la manufacture de Saint-Clément. Son fils créera la faïencerie de Moyen à la suite d’un long duel judiciaire avec son beau-frère Charles Loyal. En 1748, Paul Hannong, faïencier à Strasbourg, accueille un groupe de peintres venant de la manufacture de porcelaine d’Hoechst (Allemagne). Ils apportent avec eux les secrets de la peinture de réverbère mais aussi la composition de la porcelaine.

La production de Strasbourg va alors rayonner dans l’Europe entière. Depuis ce centre, un grand nombre de secrets de fabrication, de procédés techniques et de décors vont se diffuser dans tout l’Est de la France. Ce que révèlent encore les archives et les collections, c’est qu’en retour, des ouvriers formés dans ces manufactures du Grand Est vont apporter à leur tour leur technique dans le Midi où Ils introduisent ainsi le feu de réverbère.

Les recherches menées dans les archives depuis une dizaine d’années, les connaissances accumulées au cours des mêmes années lors de la préparation d’expositions à Saint-Clément, débouchent cette année sur l’organisation d’une exposition qui accompagne un colloque au château de Lunéville le 26 mai 2018. L’Académie Lorraine des Arts du feu, à laquelle l’association saint-clémentaise est associée, organise le colloque en partenariat avec le Conseil départemental, le château des Lumières de Lunéville et le soutien de l’association pour l’Etude de la Céramique (siège social Cité de la Céramique, Sèvres).

L’exposition réalisée en partenariat avec la mairie de Baccarat répond à la problématique du colloque. L’association Saint-Clément ses Fayences et son Passé présente une collection de faïences du XVIIIe siècle, pièces décoratives ou de services de table issues de collections privées. Les pièces sorties de manufactures régionales confrontées à des manufactures plus lointaines mettront en évidence la diffusion des styles, des décors et des techniques tout au long du XVIIIe siècle.

Entrée libre et accessible aux personnes à mobilité réduite.

Horaires:
Lundi: de 8h à 12h et de 13h30 à 17h30
Mardi: de 8h à 12h et de 13h30 à 17h30
Mercredi: de 8h à 12h et de 13h30 à 17h30
Jeudi:  de 8h à 12h et de 14h à 17h30
Vendredi: de 8h à 12h et de 13h30 à 16h30
Samedi: de 10h à 12h